Garantir la confiance numérique à l’ère de la transformation numérique : quels normes et certifications ?

La confiance pose le cadre réglementaire du numérique. Elle se base sur trois principes : l’identification (en assurant la fiabilité d’une identité), la transaction (en assurant la sécurisation des flux) et la conservation (en assurant l’hébergement des données et leur pérennité).  

Les normes en vigueur constituent de véritables piliers pour les organisations et leur écosystème. 

Comment définir la confiance numérique ?

La confiance numérique reflète le niveau de confiance que l’écosystème place dans la capacité de l’entreprise à protéger ses données et ses ressources. Dans le monde actuel, préserver la confidentialité, l’intégrité, la traçabilité et la disponibilité de ses données est une obligation fondamentale.  

Les entreprises doivent mettre en place les ressources humaines, les processus et les technologies nécessaires pour limiter le risque de cybersécurité.  

Cybersécurité et transformation numérique : Des enjeux majeurs dans un contexte conjoncturel incertain 

Pour susciter et conserver la confiance numérique, les systèmes d’informations doivent être sécurisés, sans points de frictions et gérés de manière responsable. Dans ce sens, la confiance numérique repose sur un socle de 4 environnements distincts : 

confiance-numerique
  • Un environnement normatif : engage la responsabilité juridique dans les opérations effectuées pour le compte des clients dans le respect des normes prévues par le règlement européen sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur (eIDAS). 
  • Un environnement sécurisé : fournit des services qualifiés qui assurent le respect des principes de confidentialité, de sécurité et de transparence dans l’usage des données des clients. 
  • Un environnement responsable, inclusif et éthique : garanti la pérennité et la souveraineté française des données, un accès au numérique pour tous et une maîtrise des impacts environnementaux. 
  • Un environnement organisationnel humain et technologique : met à disposition les compétences nécessaires pour assurer qu’il n’y aura aucune rupture dans la chaîne de valeur de la confiance. 

Quelles normes pour subvenir à la confiance numérique ?

Les normes européennes

Les normes françaises